La Forêt des Damnés

Je n’avais pas écrit d’article depuis plus d’un an. Du coup, vous pensez forcement que celui-ci parle DU livre qui a changé ma vie. Dans un sens, un peu, mais j’y reviendrai plus tard.

« Avec la Forêt des Damnés, j’ai écrit LE livre que j’avais envie de lire » nous dit Carrie Ryan. Autant dire que cette dame n’a aucun goût et que j’accorde ma confiance trop facilement.

Vendu par ma copine comme un roman avec des zombies et un village isolé, j’étais super motivée. Mais quelques indices auraient dû me mettre la puce à l’oreille : c’est écrit gros et c’est édité par Pôle Fiction Filles. Bon, j’aime aussi parfois les livres pour ados, alors je me suis dit qu’il fallait tout de même lui laisser une chance.

En fait, l’histoire c’est ça : depuis toujours, Mary habite un village encerclé par des zombies. Sa mère meurt alors son frère lui fait la gueule et comme personne ne veut l’épouser, elle est contrainte de devenir bonne sœur (en gros).

Problème numéro 1 : elle rêve de voir l’océan et rester enfermée entre quatre murs, ça commence à bien faire.

Problème numéro 2 : elle est éperdument amoureuse de Travis.

Problème numéro 3 : le frère de Travis vient finalement lui demander sa main.

Vous pressentiez le triangle amoureux et c’est bien joué. Seulement il s’agit là de littérature adolescente haut de gamme, alors nous aurons droit à un carré amoureux ! Car si la meilleure amie de Mary doit elle épouser Travis, c’est bien le frère de celui-ci qu’elle aime. Vous suivez ? Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il y a un quiproquo dans les couples, et que ce serait beaucoup trop simple d’échanger. Il faudra donc vivre malheureux toute sa vie.

Et puis un jour, une mystérieuse jeune femme arrive dans le village. Elle est immédiatement isolée dans l’Eglise et deviendra très vite une morte-vivante (pour en connaître la raison, il faudrait lire le tome 2, donc nous ne le saurons jamais). Peu de temps après, les zombies envahissent le terrain et 90% des villageois meurent. Heureusement (ah ?) Mary et quelques acolytes s’échappent et traversent un chemin protégé par des barbelés pour se rendre vers l’inconnu.

Je ne vous en dévoile pas plus. Bien sûr, je ne vous encourage pas à le lire, mais j’aimerai bien que vous lisiez mon article jusqu’au bout. Le paradoxe, c’est que je ne peux pas dire que j’ai détesté ce roman, je l’ai dévoré, mais chaque page m’affligeait un peu plus. Rien dans l’histoire ne s’est déroulé comme ce que j’espérais et les personnages étaient détestables (et vas-y que je chiale pendant 400 pages, et vas-y que je suis fade).

Alors ce qu’il en ressort c’est que si Carrie Ryan l’a fait, moi aussi. Je vais écrire LE livre que j’ai envie de lire, avec un village, des zombies et une histoire d’amour (parce que je suis fleur bleue). J’y pense sérieusement depuis une semaine, je doute y arriver vu l’ampleur du projet, mais je ne peux pas avoir perdu trois jours de ma vie à lire ça, il faut que j’en tire quelque chose de bien.

________________________________________________________________________________ 

Citations : 

« Travis veille à ce que notre maison reste barricadée, et moi à ce qu’on ait le ventre plein. »

 « - Mary, vient prier avec moi.
Cette phrase cause ma perte. Je me précipite en trébuchant sur ma tunique, je me traîne jusqu’à lui en grattant le sol et je jette les mains sur son torse, haletante. »


Les plus : 

 - C'est facile à lire. 

- La scène où ils communiquent par le biais de papiers accrochés à des flèches et plantent leur petits secrets dans la tête des zombies.


Le moins : 
 

- Cf tout l'article.




Titre original
The Forest of Hands And Teeth

Auteur
Carrie Ryan



Commentaires :

Leah le 28-06-13 à 12:20
ahahahah en tout cas ton article est super drôle !




Ajouter un commentaire
3 plus 2 :
Pseudo :
URL :
Commentaire :

© poucr -- 2011